L’adoption d’un perroquet de 2e, 3e, 4e... main


par Johanne Vaillancourt


 

Le perroquet sera en moyenne adopté une dizaine de fois au cours de sa vie.

Un perroquet de seconde main… Quelle étonnante expression n’est-ce pas…? Pourtant, cette formule est depuis quelques années passée dans le langage populaire - depuis la montée en flèche de la popularité de ces oiseaux…

Si on considère qu’en moyenne un perroquet vit entre 50 et 70 ans et toujours qu’en moyenne les gens le gardent dans leur vie environ trois à cinq ans, c’est donc, qu’en moyenne, un perroquet sera adopté et abandonné une dizaine de fois au cours de sa vie. Dix familles d’adoption, dix deuils et autant de fois à devoir se réhabituer à un nouvel environnement, un nouveau mode de vie; dix peines de cœur et dix nouveaux attachements. Aucun être intelligent et sain d’esprit ne voudrait subir un tel traitement! Et pourtant, c’est le sort qui guette un grand nombre d’oisillons dès leur naissance en captivité.

Pourquoi les gens se séparent-ils de leurs perroquets? Il y a autant de variables qu’il y a d’humain: "la naissance d’un enfant, une soudaine crise d’allergie opportune, manque de temps, il crie, il mord, etc." Mais dans bien des cas, la principale raison est le laxisme dont ont fait preuve ces "passionnés" au moment de l’acquisition de leur oiseau. En effet, si ces gens avaient pris la peine de s’informer un tant soit peu, ils auraient pu considérer avant l’achat plusieurs points qui leur semblent maintenant négatifs. Aujourd’hui, ils veulent se départir de leur oiseau. Ils ont fait l’acquisition d’une mignonne boule de plumes, mais l’oiseau a maturé, des comportements inexistants jusqu'ici se sont manifestés et, dans bien des cas, ces gens sont tout simplement dans l’impossibilité d’admettre ces transformations, d’accepter que "bébé" a grandi.

Le perroquet de seconde main nous arrive avec un vécu, avec des antécédents.

Maintenant, dans notre monde de super-communications, il est devenu très aisé de se procurer un perroquet de "seconde main", à prix passablement alléchant par le biais de journaux, magazines, clubs et surtout, par Internet. Par contre, n’oubliez jamais que ce qui peut vous sembler le "deal du siècle" peut aussi receler plusieurs petites surprises qui n’étaient pas prévues au moment de l’achat.

En effet, ces perroquets ne vous arrivent pas comme une boîte vide; ils ont des antécédents qui, dans bien des cas, sont à la source de l’aubaine. La plupart des perroquets sont étrangement mis en vente à l’âge critique de la puberté (2 à 5 ans selon les espèces), aussi appelé, avec raison, stade d’affirmation. C’est la période d’indépendance de l’oiseau qui souvent remet en question les acquis de la période juvénile. La socialisation n’est pas encore stable et c’est à ce moment qu’on voit apparaître la plupart des problèmes de communication. Cette période critique de la puberté demande un renforcement constant des acquis ainsi que de la socialisation, et beaucoup de passionnés de la première heure ne peuvent faire face à ces changements d’attitudes de la part de leur oiseau et décident de s’en départir. Malheureusement, l’oiseau arrive à une période cruciale de son évolution, et vivre un abandon à ce moment précis risque de l’insécuriser et de renforcer plusieurs de ces comportements non désirables. Si cet oiseau est adopté par un novice et que les attitudes du perroquet ne sont pas réajustées avant la période de réalisation (maturité), ces comportements risquent de devenir permanents ou du moins, beaucoup plus difficiles à corriger, et c’est à ce moment que commencera le cercle infernal des abandons et des adoptions. Le perroquet passera ainsi de main en main, en faisant chaque fois des séjours de plus en plus courts dans chacune de ses nouvelles "familles".

Il faudra s'informer de l'historique du perroquet que l'on désire adopter, son comportement et ses réactions.

Avant de conclure l’affaire de façon impulsive, informez-vous des réelles raisons pour lesquelles cet oiseau semble une si bonne aubaine. Certains de ces perroquets ont développé au fil du temps des problèmes comportementaux qui peuvent aller de négligeables à vraiment sérieux (crier, mordre, picage, stéréotypies diverses, peur des enfants, agressivité envers certains types de personnes, etc.). Êtes-vous suffisamment expérimenté ou préparé pour faire face à une telle éventualité?

Pour bien faire les choses, il vous faudra jouer au détective: combien de familles connues avant celle du vendeur (essayez de contacter le "propriétaire" précédent), l’âge de l’oiseau, sa provenance (nom de l’éleveur ou de l’animalerie), âge du sevrage, son tempérament, etc. Informez-vous des antécédents médicaux de l’oiseau et, si possible, demandez à avoir accès à son dossier médical. Plus vous aurez d’informations sur Coco, mieux vous serez en mesure de définir si vous êtes la personne qu’il faut pour en prendre soin ou lui venir en aide.

Adopter un oiseau de "seconde main" ne devrait jamais n’être qu’une question pécuniaire; en tel cas, autant vous que l’oiseau ressortirez perdant de l’aventure. Je ne crois pas que ce serait rendre service à ce perroquet que de le prendre avec vous pour lui faire vivre un peu plus tard les bouleversements d’un nouvel abandon. Ne vous érigez pas non plus en "sauveur" de cet oiseau; adopter un perroquet de "seconde main" est une question d’amour, de compassion et de dévouement et vous devez le faire dans une visée de relation à très long terme (la durée de votre vie).

Lors de son arrivée, le perroquet démontrera une attitude réservée.

Certains perroquets peuvent modifier radicalement leur attitude du seul fait de changer d’environnement, mais ce n’est pas toujours le cas. Gagner la confiance d’un oiseau plus âgé ou ayant un passé d’abus et/ou de négligence peut être un long cheminement qui vous demandera beaucoup de temps et de patience. Ces oiseaux ont la possibilité de créer des liens affectifs très forts avec un nouvel humain, mais dites-vous que ces liens ne sont pas compris avec le contrat d’achat; parfois ce sera le coup de foudre, mais la plupart du temps, il vous faudra vendre votre salade. Vous aurez peut-être besoin d’aide pour comprendre et apprivoiser votre perroquet ou encore, modifier un ou plusieurs comportements. Ce besoin d’aide ne vous semblera pas évident dans les premiers jours suivant l’arrivée de l’oiseau. Le perroquet étant un animal méfiant de nature, il aura une attitude réservée et mettra à profit ces premiers jours pour observer son environnement et apprivoiser ce nouveau territoire. Pendant cette période, tous les territoires sont neutres pour l’oiseau, incluant les "territoires humains" et il ne manifeste aucun des comportements qui l’ont mené vers l’abandon par ses précédentes familles. C’est à ce moment qu’il faut agir. Il ne faut surtout pas laisser l’oiseau isolé dans sa cage! Vous n’avez que ces quelques jours, où l’oiseau semble fragilisé, pour établir un contact sur une base équitable avec lui et, pendant cette courte période d’une dizaine de jours, votre attitude ne doit pas laisser place à l’erreur. Tout ce que le perroquet retiendra pendant cette période sera par la suite très difficile à modifier et votre inexpérience risque de faire apparaître des comportements qui n’étaient pas présents au départ.

Si vous croyez ne pas être avoir les compétences requises, mieux vaut chercher l’aide appropriée dès les premiers jours qui suivent l’arrivée de l’oiseau dans votre maison, afin que la relation puisse démarrer sur de nouvelles bases et non pas selon les anciens schèmes de l’oiseau qui risquent de rapidement refaire surface passé cette période critique.

Lorsque correctement apprivoisé et socialisé, le perroquet de seconde main pourra devenir un merveilleux compagnon.

Les perroquets plus âgés de "seconde main" ont la possibilité de devenir les compagnons les plus adorables qui soient. Dans ma maison, mes plus belles relations se vivent avec ces oiseaux de deuxième, troisième ou quatrième chance et mes plus grands attachements aussi. Ces oiseaux semblent apprécier leur nouvelle vie, ce qui est très différent d’un oiseau adopté en très bas âge et qui prend pour acquis que "c’est ça la vie".

Naturellement, ces oiseaux m’ont demandé un plus grand investissement en temps et en énergie, m’ont apporté beaucoup de consternation, mais aussi mes plus grandes joies avant de parvenir à un équilibre et devenir ces merveilleux compagnons qui enchantent aujourd’hui ma vie. Je savais dans quelle galère je m’embarquais et j’en assumais toute la responsabilité. Et vous, savez-vous dans quelle aventure vous êtes sur le point de mettre les pieds?

Alors, avant de vous lancer à corps perdu dans une aventure dont vous ignorez les tenants, assurez-vous d’avoir autour de vous toutes les ressources qui pourront vous aider à bien évaluer vos attentes, à déterminer si cet oiseau est le bon choix pour vous et, enfin, à vous aider dans votre démarche d’offrir à cet oiseau l’environnement dont il a besoin, autant au point de vue physique que psychologique. Vos motivations ne doivent en aucun cas être guidées par des considérations financières, mais bien par le désir de réussir le plus parfait compagnonnage qui soit.

 

 

 

© Johanne Vaillancourt 2006 - 2009

 

Photos
Pirate, amazone à front bleu (amazona aestiva), Céline De Pauw
Inséparable, (agapornis), Christelle Desfrennes
Toui céleste, (forpus coelestis), CAJV
Picasso, ara sévère (ara severa), CAJV
Flocon, cacatoès blanc (cacatua alba), CAJV