Gris d'Afrique


par Johanne Vaillancourt


Il existe 3 espèces reconnues de gris d’Afrique:

 

Psittacus erithacus erithacus: Communément appelé Congo, Jaco ou gris du Gabon. Environ 36 cm de long, 450 à 600 grammes. Plumage gris cendré, queue rouge vif. Afrique équatoriale.

Psittacus erithacus princeps: Aussi appelé gris du Ghana, Gris africain de l’ouest ou Boyd Alexander. Ressemble beaucoup au Congo, mais un peu plus petit. Île de Principé et Fernando Po dans le golf de Guinée.


 

 

Psittacus etithacus Timneh: Africain gris Timneh. 23 cm de long, 250 à 350 grammes. Plumage gris charbon foncé, queue rouge marron. Mandibule supérieure du bec beige rosée. Beaucoup plus petit que le Congo ou le Ghana. Sierra Leone, Liberia, Guinée et l’ouest de la Côte d'Ivoire. Tempérament moins renfrogné que le Congo ou Ghana. Moins peureux et plus frondeur. Plus enclin à faire des bêtises pour attirer l’attention et s’amuser.

 

 

 

Caractéristiques

  • Les oiseaux immatures (moins d’un an) ont l’iris de l’œil gris foncé, presque noir. Après un an, l’iris pâlit et devient gris pâle, puis prend sa couleur définitive. Un oiseau mature a l’iris jaune pâle ou maïs.


  • Cet oiseau produit une poudre fine pour entretenir son plumage. Un oiseau bien poudré est signe d’une bonne santé. L’absence de cette poudre peut indiquer un problème physiologique.


  • Le gris d’Afrique est sûrement le plus grégaire des perroquets. Dans la nature, il vit en bande de 100 à 200 (et parfois plus) individus et demeure en groupe même pendant la saison de reproduction.


  • Il vit dans la forêt tropicale sous la "voûte" entre 15 et 25 mètres du sol. Excellent grimpeur, presque exclusivement arboricole, il ne vient que rarement au sol, il est assez malhabile dans la marche au sol. Il ne descend que pour s’abreuver au bord des lacs et des rivières autour desquels il installe généralement sa colonie.


  • Dans la nature, son alimentation est riche en gras végétal en protéines et en vitamine A. Il est friand de noix de palme, (très riche en gras et en vitamine A), de graines du caféier et de fruits du palmier (elaeis guinensis). Son système digestif est parfaitement adapté à ce genre de régime.


  • À cause de la densité de la forêt tropicale, le gris doit voler au-dessus des arbres, parfois jusqu’à une altitude de 700 mètres.


  • Un des perroquets les plus élevés en captivité et des plus populaires auprès des amateurs, principalement à cause de son tempérament calme, son intelligence, sa remarquable habileté à reproduire parfaitement les sons, la voix humaine et surtout... à parler pour communiquer.


  • Cet oiseau est aussi apprécié pour sa grande sensibilité et son incroyable empathie avec ses humains. Il ressent nos émotions les plus profondes, nos états d’âme, les humeurs, les énergies, et ces dernières se reflètent dans ses comportements.


  • Le gris d’Afrique est plus réfléchi, méfiant et de ce fait, plus craintif que les autres espèces de perroquets. Il semble classifier tout humain ou objet de son entourage dans deux catégories:
    1.Possiblement dangereux.
    2.Normal et sans danger.


  • Malheureusement, tout ce qui n’est pas familier à l’oiseau se réfère automatiquement à la première catégorie. Cette suspicion est chronique chez le gris d’Afrique Il aura toujours de la difficulté à accepter la nouveauté et ce, dans toutes les facettes de sa vie (humains, nourriture, jouets, objets, etc...). Mais ne vous découragez pas, après un certain temps, la curiosité vient à bout de ses appréhensions. Il ne faut surtout pas le forcer, il prendra le temps qu’il faut. Le gris ne peut accepter la nouveauté que très lentement...goutte à goutte.


  • Contrairement à ce qui est véhiculé, le gris d’Afrique est un oiseau très affectueux. C’est dans la petite enfance, quand le gris d’Afrique est encore très naïf, colleux et sans méfiance, qu’il faut le manipuler et lui faire vivre des aventures sécuritaires. Après ce stade, le gris devient beaucoup plus sélectif à savoir ce qu’il est prêt à accepter de la part des humains. Le manque de socialisation dans la petite enfance est la cause la plus fréquente des névroses chez le perroquet adulte.


  • Plus un animal est intelligent, plus il risque de développer des problèmes de comportement et le gris est excessivement intelligent! Au palmarès du picage (mutilation ou extraction des plumes) il arrive ex æquo avec le cacatoès, reconnu lui aussi pour ses excès.


  • Dû en grande partie à sa nature sensible et à sa grande intelligence, le gris d’Afrique peut réagir de façon très négative à une maladresse d’un éducateur ainsi que pendant le processus d’entraînement. Il ne faut jamais forcer un gris à faire ce qu’il ne veut pas, il pourrait même en développer des comportements phobiques. De ce fait, il est important de lui apprendre assez tôt que mordre n’est pas un moyen pour communiquer. Les gris ne réagissent bien qu’au renforcement positif. Éduquer un gris devrait ressembler plus à l’éducation d’un enfant qu’à celle d’un animal de compagnie.


  • Le gris d’Afrique ne peut en aucun cas faire confiance ou respecter quelqu’un qui a des réactions violentes et agressives, autant dans la voix que dans les gestes.


  • Le gris émet un grognement impressionnant lorsqu’il a peur.


  • C’est un oiseau qui ne se sent bien que s’il se sent en sécurité et qu’il comprend bien son environnement. On doit toujours aviser le gris de nos intentions avant de le manipuler ou le caresser. Cela le rendra plus réceptif. Il ne faut jamais surprendre un gris d’Afrique.


  • Le gris est le plus grégaire des perroquets et il a besoin de se sentir accepté et d’être un membre à part entière de son groupe social (famille humaine).


  • Il tisse un lien très fort avec son partenaire amoureux (autre oiseau ou humain) et lui est totalement dévoué. Il peut aussi devenir possessif avec ce dernier et agressif avec l’entourage. Il peut favoriser son humain préféré au point d’exclure tous les autres membres de la famille. Encore ici, une bonne socialisation peut permettre d’éviter ce genre de situation.


  • De par sa nature méfiante, timide et anxieuse, ce n’est pas un oiseau très sociable envers les étrangers et n’est pas tolérant, à moins d’exception, avec les enfants.


  • Le gris, plus que les autres perroquets a besoin d’un environnement calme, sécuritaire et paisible. Ce qui ne veut pas dire que c’est un oiseau "pépère"... loin de là. Il peut même se montrer assez dissipé et curieux. Il n’aime tout simplement pas l’extravagance, l’exubérance et la turbulence. Rien qui ne viendrait déranger sa petite vie et ses sacro-saintes habitudes.


  • Le gris d’Afrique est le perroquet qui, étrangement pour un oiseau ayant un si gros penchant pour la névrose, possède le tempérament le plus stable du monde des psittacidés. Autant il peut s’avérer assez turbulent quand il est jeune, à la maturité il est de tempérament calme et réfléchi. Contrairement aux autres perroquets, le gris n’a pas cette inclination à changer de personnalité ou de comportement pendant la saison de reproduction (chaleur), ce qui est à mon avis un très gros point en sa faveur.


  • Le gris d’Afrique est considéré et à juste titre, comme étant le champion parleur toutes catégories, du monde aviaire. Il est capable de reproduire de façon remarquable une multitude de sons, incluant la voix humaine.


  • Par contre, le gris commence à parler plus tard que les autres perroquets, vers l’âge de 12 à 18 mois. Il a besoin de pratiquer les sons et développer ses muscles pour bien contrôler la formation des sons.


  • Le gris d’Afrique n’a pas de cri comme tel défini à son espèce (à part les grognements). Ce n’est donc pas un oiseau criard. Par contre, il peut rendre fou le plus zen des humains en imitant sans interruption la sonnerie du micro-ondes, du détecteur de fumée ou encore, en performant sa célèbre imitation du camion qui recule!


  • Par contre, à cause de sa suspicion quasi schizoïde, le problème avec le gris qui parle est qu’il refuse systématiquement de performer, (même quand on lui demande poliment), en présence d’étrangers (pas de la famille immédiate). Il a le don de se réfugier dans un mutisme à vous faire passer pour le plus grand des mythomanes!


  • Comme le gris est un oiseau méfiant et assez peureux, il serait bon de prévoir pour lui des endroits en hauteur où il se sentira plus aisément en sécurité; arbres, cordes et lianes ainsi que perchoirs accrochés au plafond. Ce seront ses endroits de prédilection pour être à l’aise afin de donner ses meilleures performances vocales (parler, chanter).


  • Naturellement, pour que l’oiseau ait accès à ces hauteurs, il est essentiel qu’il puisse voler. On ne taille pas les plumes de vol d’un gris d’Afrique! Comme tous les perroquets trapus (gros corps, petite queue), il a besoin de ses plumes pour garder son équilibre. De plus, comme le premier réflexe d’un oiseau qui a peur est de s’envoler, plus que les autres perroquets, le gris a besoin de toutes ses plumes de vol. Trop d’accidents arrivent aux gris qui ont les plumes de vol taillées (bec cassé, bréchet cassé ou ouvert, etc.).


  • Il en va de même pour ses ongles. Ne jamais les limer trop court. Par rapport aux autres perroquets de même taille, le gris d’Afrique a les pieds plus petits et les doigts plus fins. Il a besoin de ses ongles pour bien se maintenir en équilibre sur une branche.


  • Pour qu’il se sente en sécurité, le gris a besoin de voir tout ce qui se passe autour de lui. Pour cette raison, il est préférable d’installer sa cage contre un mur de façon qu’il voie ce qui se passe devant lui sans être obligé de constamment surveiller ses arrières.


  • Même s’il est considéré comme l’intellectuel du monde des perroquets, qu’il adore apprendre ainsi que développer tout ce qui est jeux éducatifs, le gris d’Afrique a aussi un côté bon enfant et aime s’occuper à des choses simples comme chiquer de la guenille: tissus, cordes, cuir (tannins végétaux), ainsi que gruger des jouets en bois très tendre.


  • Au point de vue alimentaire, le gris d’Afrique a de forts besoins en vitamine A et en calcium. Comme il est sujet à l’hypocalcémie (déficience en calcium) il est important de lui fournir des aliments riches en ce minéral. Il a aussi conséquemment besoin d’un apport en vitamine D3 pour l’aider à assimiler le calcium. L’été, à l’extérieur, le soleil lui fournira son besoin journalier en vitamine D3. L’hiver, l’installation de néons genre Vita-Lite ou Verilux Tru-bloom jouera le même rôle.


 

 

© Johanne Vaillancourt 2002

 

Photos
Akina, psittacus erithacus erithacus, Patrice Nolin
Bib, psittacus erithacus timneh, CAJV
Psittacus erithacus erithacus, Manon Lacoursière
Kally et Gazou, psittacus erithacus erithacus, CAJV
Pablo, Gazou et Peanut, psittacus erithacus erithacus, CAJV
Pablo et Gazou, psittacus erithacus erithacus, CAJV