Le lori


par Johanne Vaillancourt

 


  • Il existe environ 55 espèces de loris et loriquets et quelque 63 sous-espèces réparties en Australie, Nouvelle-Guinée et Indonésie.


  • Plusieurs de ces espèces et sous-espèces sont aujourd’hui en voie d’extinction. Cela est dû en grande partie à la perte de leur habitat naturel et... à la capture pour le commerce des animaux de compagnie.


  • Heureusement, ce sont des oiseaux faciles à reproduire en captivité, ce qui aura pour effet, nous l’espérons, de sauvegarder plusieurs espèces.


  • Le lori est un oiseau hyperactif, très curieux et enjoué. Dans son habitat naturel, il passe le plus clair de son temps à jouer, fouiller et explorer. Il adore sautiller sur les branches et autour des arbres.


  • Grâce à sa longue langue et à ses papilles particulières en forme de petits pinceaux qui lui permettent de fouiller profondément les corolles des fleurs, le pollen et le nectar sont la base principale de son alimentation. De ce fait, le lori joue un rôle vital dans l’écologie de son habitat, pollinisant ainsi les centaines de variétés de fleurs et de plantes différentes qui composent sa diète.


  • Le lori est parmi les perroquets les plus actifs et surtout, les plus interactifs.


  • Le lori est un oiseau extravagant qui a un grand sens du spectacle. On ne s’ennuie jamais avec lui. À cause de sa disposition à faire de grands mouvements exagérés, il est considéré, avec raison, comme le petit clown du monde aviaire.


  • Comme c’est un oiseau qui bouge beaucoup, il est fortement conseillé de lui procurer la plus grande et large cage possible, avec assez de branches pour qu’il puisse s’adonner à son sport préféré... sautiller de branche en branche.


  • Parce qu’il possède un très haut niveau d’énergie, le lori a besoin de se tenir continuellement occupé, d’où l’importance de lui fournir une grande quantité et variété de jouets.


  • Les jouets pour le lori doivent être faits de matériaux solides. Cet oiseau a un petit bec mais ce dernier est très puissant. Les jouets doivent être sécuritaires, car le lori a une prédisposition à se retrouver en fâcheuse position avec ses jouets.


  • Pour le lori, tout est question de jeu: balles, cloches, sac de papier (le lori aime se cacher), tout ce qui se tient dans la patte et surtout fait du bruit.


  • Le lori adore se balancer. Toute cage à lori digne de ce nom devrait posséder sa balançoire.


  • Le lori apprécie jouer au sol et par conséquent, au fond de sa cage. Il est important de prévoir une cage avec un grillage au fond pour que l’oiseau ne souille pas trop son plumage et qu’il puisse reprendre ses jouets si ces derniers tombent au fond.


  • Le lori préfère dormir dans un endroit privé et sécuritaire. Le mieux ici serait un nid, mais il aime aussi les petites tentes pour perroquet, les petites caches ainsi que les sacs de papier.


  • Le lori est fou de l’eau et raffole des bains. Si on en laisse un à sa disposition, il pourrait y retourner plusieurs fois dans la journée.


  • Le lori est très intelligent, bon imitateur, démonstratif et divertissant. Avec sa petite voix haut perchée, il peut développer un bon vocabulaire, mais la plupart des loris ne se contenteront que de quelques mots ou phrases.


  • Le lori est de tempérament très doux à l’intérieur de son entourage familier, mais peut devenir désagréable avec des étrangers. Un gros défaut du lori est cette propension qu’il a à mordre, et ce... très fort, d’où l’importance d’une socialisation bien encadrée...


  • Le lori a la capacité de bien vivre avec d’autres espèces de perroquets, mais il peut devenir harceleur avec les autres oiseaux et même parfois, se montrer assez agressif... Dans ce domaine, il peut être très persévérant et réellement exaspérer les autres oiseaux, même ceux de plus grandes espèces. Dans ce cas, mieux vaut les séparer... pour sa propre sécurité.


  • Le lori a une diète très différente de celle des autres perroquets, mieux vaut en être informé. La malnutrition est le problème no.1 chez le lori vivant en captivité.


  • Il y a maintenant sur le marché plusieurs poudres à base de nectar et de pollen qui simulent l’alimentation naturelle du lori. Il y a aussi des moulées spécialement conçues pour le lori. Informez-vous auprès de votre vétérinaire ou animalerie.


  • Après le repas de nectar ou de pollen, il est très important de bien désinfecter les augets.


  • Le lori est toujours très enthousiaste lorsque vient l’heure des repas. Il n’est donc pas difficile d’introduire une nouvelle nourriture ou variété d’aliments.

En plus de ces diètes préparées, il est important de fournir aux loris une grande variété d’aliments tels que:

  • Fruits: pomme, poire, banane, papaye, mangue, orange, raisins, melon, cocktail de fruits en conserve, pots de bébés aux fruits, jus de fruits.


  • Légumes: carotte, maïs en épi (le préféré) ou en crème, courge, fèves, endive, épinard, laitue romaine, etc.


  • Divers: céréales ou germe de blé, oeuf, pain de blé entier, fromages, germinations, nourriture de table en général.
    Gâteries particulières: fleurs d’hibiscus, de rose et d’hémérocalle.
  •  

 

 

 

© Johanne Vaillancourt 2002

 

Photos
Zorba, trichoglossus haematodus moluccensis, Josiane Cartin
Kaly, trichoglossus haematodus haematodus, Natacha Larivière