Reconnaître un perroquet malade ou souffrant


par Johanne Vaillancourt





Pouvez-vous juger du bien-être de votre perroquet par son apparence?

Non!
 

Comme nous l’avons vu et revu… et revu encore, les perroquets sont des animaux grégaires et surtout des animaux proies. De par leur statut grégaire, le groupe a préséance sur l’individu et, si un perroquet est blessé ou malade, les instincts de proie et grégaire prennent le dessus. Conséquemment, le groupe chassera l’infortuné perroquet pour éviter d’attirer un prédateur potentiel. L’oiseau ainsi banni, renié par le cocon protecteur qu'est le groupe, n’est ni plus ni moins qu’un animal condamné à mort!

Donc, le perroquet cherchera par toutes les ruses et tous les moyens à camoufler le plus longtemps possible aux membres de son groupe social les signes de détresse ou de maladie qui pourraient être apparents!

Il n’y a pas de raison qu’il n’agisse pas de la même façon avec vous, puisque ce comportement relève de deux instincts majeurs (instinct grégaire et instinct de proie) et, comme nous l’avons vu déjà… l’inné ne disparaît jamais!
 

Vous devez être très vigilant à tout changement physique

ou comportemental de votre perroquet!
 

L’appétit

Le métabolisme rapide du perroquet peut devenir son pire ennemi s’il mange moins qu’en temps normal. Les oiseaux ne peuvent être privés de nourriture, même sur une courte période de temps (8 à 12 heures), sans en ressentir de désastreux effets. Si vous constatez un changement dans l’appétit de votre perroquet, cela pourrait être signe qu’il se passe quelque chose d’anormal.

 

Les déjections

Tout changement de couleur ou de texture dans les déjections de votre perroquet peut être un signal d’alarme (à moins bien sûr que l'oiseau n’ait mangé des betteraves pour souper ou fait une orgie de jus de fruits, il faut faire preuve de jugement). Les déjections d’un perroquet sont formées de trois parties.
 

  • Partie fécale – Verte ou brunâtre (selon la diète de l’oiseau)


  • Urate – Blanche ou crème


  • Urine – Transparent
     

Dans de mauvais cas, on peut voir du sang dans la partie fécale (rouge ou noir). Les urates sont jaunâtres ou carrément jaune, il y a beaucoup d’urine (polyurie) ou de nourriture non digérée dans les fientes. Mieux vaut consulter à ce moment, ce sont les symptômes de plusieurs pathologies.

 

L’activité

Un perroquet généralement actif qui soudainement dort beaucoup ou joue moins peut nous envoyer un signal inquiétant (à moins que l’oiseau ne se soit couché très tard la veille ou encore qu’il n’ait pas eu le loisir de faire sa petite sieste d’après-midi. Encore ici, il faut faire preuve de discernement...).

 

L’attitude

Un perroquet normalement "colleux" et affectueux qui refuse soudainement de se laisser approcher ou, au contraire, un perroquet timide ou peureux qui se met a rechercher votre attention et se laisse câliner. Aussi, s’il semble dépressif ou léthargique.

 

L’apparence

Un perroquet, plumes gonflées, ébouriffées, yeux mi-clos, sur ses deux pattes sur sa branche ou pire au fond de sa cage sont des signes de très sérieux problèmes. Il est à noter que, la plupart du temps, à moins d’avoir un œil très avisé, on ne remarquera pas l’extrême maigreur de notre perroquet parce que ce dernier gonflera ses plumes afin de nous cacher son état (et tenter de se réchauffer).

 

La respiration (dyspnée)

Nous ne sommes pas sensés entendre un perroquet respirer. Si la respiration est rapide, bruyante (ne pas confondre avec la respiration asthmatique des pionus qui, elle, est normale chez ces derniers quand ils sont stressés), la voix est changée ou l’oiseau semble essoufflé (il respire le bec ouvert, l’abdomen se gonfle anormalement, la queue bouge de haut en bas comme si l’oiseau "pompait" sa queue… parfois difficile à voir chez les espèces à queue courte comme le gris d’Afrique). Ce peut être un signe de pathologie ou que l’oiseau a aspiré une coque de graine. Dans ce cas, vous devez voir un vétérinaire de toute urgence. Autres signes de problèmes respiratoires: écoulement nasal, l’oiseau secoue la tête, gratte son bec et ses narines, yeux qui coulent, toux.

 

Les vomissements

Ne pas confondre les régurgitations émotives de votre oiseau avec les vomissements d’un perroquet indisposé. Coco régurgite en faisant des mouvements de va-et-vient avec la tête de haut en bas. Ce comportement est généralement sain. Votre perroquet ne fait que célébrer votre lien affectif. Ce qui sort de sa bouche à ce moment est de la nourriture prédigérée ayant une consistance grumeleuse (mottoneuse).

Un perroquet vomit en secouant la tête de droite à gauche et un liquide visqueux et collant s’échappe de façon horizontale. Un signe que l’oiseau a vomi est quand vous découvrez de la nourriture prédigérée sur sa tête ou son corps et/ou qu’il semble "collé" avec de la nourriture sèche, ce qui lui donne un air "échevelé punk".

Les saignements

De la bouche, du nez ou du cloaque.

 

Perte de poids

Souvent rapide. Comme les perroquets sont les spécialistes de la dissimulation, il est préférable d’avoir une balance en gramme et de peser l’oiseau si son état nous semble douteux. Une perte de poids significative peut nous indiquer quelques conditions nécessitant des soins médicaux. Il est parfois difficile à l’œil ou au toucher d’évaluer la perte de poids.

 

 

© Johanne Vaillancourt 2004
 

Photos
Lili, amazona aestiva, CAJV
Maely, cacatua sulphurea citrinocristata, Hervé Andaloro